Image d'entête de l'article

Valhalia

Salut à tous comment allez vous?

 

- Salut, tout va bien merci

 

Tout d’abord qui est qui et qui fait quoi?

 

- Moi c’est Anthony, je suis guitariste, Brice est batteur, Quentin est bassiste et Simon est chanteur. J’ai monté le projet en octobre 2016, nous étions trois. Brice, Quentin et moi. Simon est arrivé courant avril 2017. Un mois avant l’enregistrement de l’Ep. Il s’est merveilleusement bien adapté.

 

Pourquoi ce nom de scène? Ça fait exotique je trouve.

Tout à fait. En fait ce nom ne veut absolument rien dire. C’est vraiment la sonorité du mot qui nous a plu. Exotique, on est d’accord, on voulait un nom qui nous fasse rappeler l’ensoleillement, le voyage, le chilli 

 

Vous allez bientôt sortir votre première EP, ça va pas trop le trac?

 

- Ecoute ça va, ça fait un petit moment qu’on le prépare, au niveau de la composition, du choix des morceaux. On a juste hâte de le sortir et de le partager.

 

Comment vous vous êtes rencontrés?

 

- On s’est quasiment tous rencontré dans le cadre de la musique. Juste avant Valhalia, on jouait dans le même groupe avec Quentin. Avec Simon, nous nous sommes rencontrés lors d’un concert alors qu’on partageait la même scène. Et Brice ça fait 20 ans que l’on se connaît…

 

 Vous définiriez comment votre musique?

 

- Notre musique évolue. L’Ep a une sonorité très 60’s avec des couleurs psychédéliques, surf rock. On travaille actuellement sur un album auquel du clavier sera ajouté aux morceaux. Une nouvelle couleur sera apportée aux morceaux. Mais l’esprit « 60’s » restera.

 

 Y'a que des mecs dans le groupe. Imaginez 2 secondes une fille dans le groupe. Difficile à concrétiser ou pas?

 

- Quentin m’en parle tous les jours… (rires) Pourquoi pas si l’un d’entre nous devrait partir.

 

 L’inspiration pour l’écriture de vos textes, elle vient d’où?

 

- C’est Simon qui s’est chargé des textes. Les parties instrumentales étaient déjà bien entamées. Chaque morceau possédait déjà un titre qui en décrivait l’ambiance. Il s’est donc servi de ces ambiances que dégageait la musique pour raconter les histoires que ça l’inspirait.

 

Pourquoi ce style de musique, Valhalia en hardcore ça l’aurait fait non?

 

- A ne surtout pas confondre avec VALHALLA (rires). Non plus sérieusement, j’ai toujours été attiré par ces sonorités assez planantes, qui t’emmènent un peu dans tous les sens. Et ce côté brut qui te rappelle avant tout que la musique doit rester humaine.

 

 Thé ou café?

 

- Gros dilemme mais je dirais café (italien s’il vous plaît)

 

La personne que vous aimeriez voir répondre à cette interview?

 

- Keith Richards

 

 Live ou studio?

 

-Live, c’est là où tu laisses vivre la musique, l’inspiration, les plantages, les imprévus. Et surtout c’est là que tu fais des rencontres.

 

Concert intimiste ou gros festival genre Paléo?

 

- Tout est bon à prendre ! Paléo serait un rêve clairement. Jouer devant une famille loutre aussi.

 

Les gars j’ai un billet d’avion pour vous histoire de déconnecter total. On part où?

 

- Amène-nous au Brésil, on leur apprendra le foot

 

 La première partie de rêve serait celle de…

 

- Tame Impala

 

Blues, Jazz, Hip Hop, Rock, Rap ou aucun de tous ceux que je viens de citer ?

 

- Psych-Surf

 

5 minutes avant de monter sur scène, c’est le stresse ou c’est l’impatience et ensuite la folie?

 

- Avant de monter sur scène, c’est clair qu’il y a toujours ce stress auquel s’ajoute l’impatience. Puis la folie lors du premier morceau.

 

3 grands rêves à réaliser dans le monde de la musique

 

- Sortir un album, voyager grâce à ta passion, jouer sur de belles scènes. C’est déjà pas mal!

 

 Quels messages voulez-vous faire passer avec votre musique (s’il y en a un)?

 

- Honnêtement on est pas là pour faire passer des messages ou donner des leçons, on laisse les personnes qui écoutent notre musique l’interpréter comme bon leur semble. Voyager à leur manière comme nous voyageons en la jouant.

 

Ce qu'on peut vous souhaiter aujourd’hui pour demain?

 

- Du plaisir, du plaisir et des pastèques.

 

Les garçons je vous donne rendez-vous dans 10 ans. Cap ou pas cap?

 

- C’est long 10 ans mais cap bien évidemment

 

Merci pour cette interview je vous laisse le mot de la fin.

 

- On voudrait remercier David Weber du Studio des Forces Motrices à Genève, Vincent Hanggi et Christian Hierro de Back To Mono Record à Lyon pour leur superbe boulot sur l’Ep.

 

Kevin Parker si tu nous lis, penses à nous. On te fera des pâtes.

 

 

Partager: